Search
  • Roberson Alphonse Source: Le Nouvelliste

Le premier carnaval de l’ère Jovenel Moïse épinglé par la CSC\CA pour « violation de la loi »…


OKAY NAVAL

Le carnaval 2017 devait coûter 50 millions de gourdes. Au final, l’État a déboursé 65 millions pour réaliser cet événement dans le dos de la CSC/CA auquel aucun contrat n’a été présenté pour approbation avant exécution, en violation de la loi.


Jovenel Moïse, fraîchement élu président, avait décidé d’organiser le carnaval aux Cayes, en février 2017, quelques mois après le passage dévastateur de l’ouragan Matthew. Si le discours officiel a vendu ce carnaval dont le thème était « N ap danse, N ap konstwi » comme un moyen d’injecter de l’argent frais dans l’économie de cette zone fraîchement sinistrée, des sceptiques, assez au courant des mauvaises pratiques financières entourant l’organisation de cette grande fête populaire, n’ont pas été convaincus.


La Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif, après analyse du « carnaval 2017 » dans son rapport sur la situation financière de l’État et l’efficacité des dépenses publiques 2016-2017, vient de leur donner raison. « En fait, l’évènement a débouché sur des problèmes de gestion interne créant des confusions sur l’utilisation des ressources que l’État devait fournir pour financer les activités diverses », selon ce rapport de la CSC/CA.

« Le montant initial budgétisé par le ministère de la Culture présenté et approuvé par le ministère de l’Économie et des Finances a été en effet de 50 millions de gourdes et qui a fait une avance de 33.67 millions de gourdes. Après la réalisation de l’évènement, le ministère de la Culture a fait état des engagements additionnels pris avec les participants et animateurs s’élevant à 16 millions de gourdes, ce qui a fait augmenter la balance qui devait s'élever à 31.33 millions de gourdes. Cet évènement, qui avait fait l’objet d’une programmation financière de 50 millions de gourdes par le ministère de la Culture que devait financer le Trésor public, a fini par coûter 65 millions de gourdes », lit-on dans ce rapport.

Le clou est enfoncé par le CSC/CA. « Les contrats n’ont pas été soumis à l’approbation de la Cour avant leur exécution, encore moins les compléments de travaux qui ont été engagés, ce qui est une violation de la loi », a affirmé la CSC/CA, soulignant que « pour les ressources publiques il existe des normes et procédures en matière de planification et d’exécution des montants programmés ». Pour la CSC/CA, « au bout du compte, rien de particulier n’a été dégagé sur le plan stratégique produisant des impacts durables dans la zone » après l’organisation de ce carnaval.

Le président Jovenel Moïse, non responsable de la gestion de fonds, n’avait pas encore nommé Jack Guy Lafontant lors du carnaval de 2017. Marcus Garcia était ministre de la Culture et M. Claudel Dumas, président du comité d’organisation de ce carnaval. " Le comité aura pour mission de mettre en œuvre la vision globale du gouvernement. Il prendra toutes les dispositions appropriées relatives à son bon fonctionnement suivant les règlements internes définis de concert avec le ministère de la Culture et de la Communication, selon l’article 4 de l’arrêté créant ce comité de 15 membres. Il est entendu que toutes les transactions se feront suivant les règles et principes de la comptabilité publique", avait souligné l’article 5 de cet arrêté.

2 views
Who's Behind The Blog
Recommanded Reading
Search By Tags
Follow "THIS JUST IN"
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
  • Black Google+ Icon